Nom de l’Objet:

Bas-relief en marbre sculpté

Localisation:

Le Bardo, Tunisie

Musée conservant l’objet:

Musée du Bardo

Date de l’objet:

IVe-Ve siècle de l’Hégire (Xe-XIe siècle J.-C.)

N° d’inventaire Musée:

E 16

Matériau(x) / Technique(s):

Marbre sculpté.

Dimensions:

L. 53 cm, l. 35 cm

Période / Dynastie:

Fatimo-ziride

Provenance:

Mahdia.

Description:

Dans la partie droite du bas-relief figure un personnage assis, vêtu d'une riche tunique brodée à manches longues. Une lourde couronne posée sur sa tête permet d'y reconnaître un souverain ou un chef militaire. De la main droite, il porte une coupe à la bouche. à droite du personnage, un musicien joue de la flûte. L'homme, la tête couverte d'un voile, porte une tunique dont les manches sont ornées d'une bande bordée de motifs géométriques. Les yeux sont en amande et très globuleux. Le bas-relief est un des rares monuments de l'art ifriqiyen où se trouve représentée une scène animée. L'artiste ne s'est nullement préoccupé de la mise en place des détails anatomiques. Le visage du musicien n'a ni âge, ni type, ni expression. L'œuvre plonge vraisemblablement ses racines dans un passé africain très lointain. Pour certains historiens de l'art, cette pièce rappelle, par son style, les nombreuses stèles que les Romano-Africains dédiaient en particulier à Saturne et à Caelestis. Ils retiennent, comme points communs, la frontalité, la rigidité des poses, l'indifférence à l'espace et, enfin, l'importance accordée aux yeux. Or, la comparaison avec plusieurs œuvres sculptées en ivoire ou en bois de l'Espagne omeyyade, de l'égypte fatimide et de l'Orient abbasside offre des parentés étonnantes avec les personnages représentés sur le bas-relief mahdois, notamment la physionomie du joueur de flûte ainsi que les costumes et les voiles des personnages. De même, la couronne, qualifiée par certains de normande, se retrouve sur des panneaux en ivoire de l'égypte fatimide et sur des céramiques mésopotamiennes de la même époque.

View Short Description

Comment date et origine ont été établies:

La découverte de ce bas-relief à Mahdia, capitale des Fatimides puis des Zirides au cours du IVe-Ve siècle H (Xe-XIe siècle J.-C.) plaide en faveur de sa datation de cette époque. Ceci est corroboré par la propagation des représentations humaines et des figures animées en Ifriqiya, essentiellement au IVe-Ve siècle H (Xe -XIe siècle J.-C.).

Mode d’acquisition par le musée:

Le bas relief fut exhumé d'une façon fotuite au cours du premier quart du XXe siècle, à Mahdia puis, il fut déposé et exposé au musée du Bardo.

Mode d’établissement de la provenance:

L'origine ifriqiyenne du décor plaide en faveur de sa sculpture sur place à partir d'un marbre blanc d'origine italienne de remploi.

Bibliographie sélective:

Tunisie, terre de rencontres et de civilisation (catalogue de l'exposition de Séville), Tunis, 1992, p. 265.

Mahfoudh F., “Entre Mahdiyya et la Sicile : Analyse d'un bas relief sculpté”, Africa, 20, 2004, pp. 5-33.

Marçais, G., “L'art musulman du XIe siècle en Tunisie d'après quelques trouvailles récentes”, Revue de l'art ancien et moderne, XLIV, 1923, pp. 161-173.

Marçais, G., L'architecture musulmane d'Occident, Paris, 1954, p. 197.

Yacoub, M., Chefs-d'œuvre du musée du Bardo, Tunis, 1978, pp. 230-232.

Citation de cette page web:

Mourad Rammah "Bas-relief en marbre sculpté" in Discover Islamic Art , Museum With No Frontiers, 2018. http://www.museumwnf.org/thematicgallery/thg_galleries/database_item.php?itemId=objects;ISL;tn;Mus01_A;35;fr&id=sculptures

Fiche rédigée par: Mourad RammahMourad Rammah

Né en 1953 à Kairouan, docteur en archéologie islamique, Mourad Rammah est le conservateur de la médina de Kairouan. Lauréat du prix Agha Khan d'architecture, il publie divers articles sur l'histoire de l'archéologie médiévale islamique en Tunisie et participe à différentes expositions sur l'architecture islamique. De 1982 à 1994, il est en charge du département de muséographie du Centre des arts et des civilisations islamiques. Mourad Rammah est également directeur du Centre des manuscrits de Kairouan.

Édition: Margot Cortez

N° de travail MWNF : TN 58