Nom de l’Objet:

Grande lanterne d’al-Mouiz

Localisation:

Raqqada, Kairouan, Tunisie

Musée conservant l’objet:

Musée des arts islamiques

Date de l’objet:

424-443 de l’Hégire / 1032-1051 J.-C.

Artists:

Muhammad fils de Ali al-Qaysi al-Saffar (le dinandier).

N° d’inventaire Musée:

B Z 501

Matériau(x) / Technique(s):

Bronze moulé et ajouré.

Dimensions:

H. 118 cm, Ø max. 51,5 cm

Période / Dynastie:

Fatimo-ziride

Provenance:

Kairouan.

Description:

Cette lanterne est composée d'un crochet en bronze qui surmonte une calotte hémisphérique au rebord légèrement incliné. Du pourtour découpé en six pans émanent trois chaînes ajourées, garnies d'un décor géométrique et floral stylisé composé d'entrelacs et de feuillets trilobés. Ce type de décor est courant dans le répertoire kairouanais au Moyen âge. Les chaînes suspendent un grand bassin en laiton martelé, en forme de vase circulaire, criblé de points lumineux obtenus par reperçage. Au fond se profile une étoile à six pointes entourée de trois inscriptions, une autour du col, une autre entre les supports d'anneaux, une troisième encerclant l'étoile. Sur le premier bandeau, une calligraphie coufique proclame : “Louange à Dieu… Bénédiction, bonheur, félicité, réussite, prospérité, salut et gloire à son possesseur.” Sur le pourtour du fond, on lit : “œuvre de Muhammad fils de Ali al-Qaysi al-Saffar (le dinandier) pour al-Mouiz.” Cette lanterne offre une singulière ressemblance avec une lampe de mosquée conservée à l'Art Institute of Chicago, et avec une lanterne d'origine persane appartenant à la David Collection à Copenhague (Danemark). Toutes les deux sont datables du IVe ou Ve siècle H (XIe siècle J.-C.). Tout porte à croire que la lanterne d'al-Mouiz, qui servait à l'éclairage de la Grande Mosquée de Kairouan, constitue un modèle artisanal d'inspiration byzantine qui était en vogue dans toute la sphère arabo-musulmane au cours des IVe et Ve siècles H (Xe et XIe siècles J.-C.).

View Short Description

Propriétaire d’origine :

Le prince al-Mouiz ibn Badis

Comment date et origine ont été établies:

La dernière inscription indique qu'il s'agit d'un don du prince ziride al-Mouiz ibn Badis (406-454/1016-1062) à la Grande Mosquée de Kairouan. Cet acte peut être contemporain de la constitution en legs (waqf) de volumes de la Mudawwana, ouvrage du grand jurisconsulte sunnite Sahnoun Ibn Saïd (160-240/777-855), par le même prince au profit de la Grande Mosquée de Kairouan, en 424/1032. Il est en tout cas antérieur aux invasions hilaliennes de 443/1051.

Mode d’acquisition par le musée:

à la suite de la création du musée de Raqqada en 1986, il a été décidé de rendre cette lanterne, qui était exposée au musée du Bardo, à son lieu d'origine.

Mode d’établissement de la provenance:

Cette lanterne faisait partie du mobilier de la Grande Mosquée de Kairouan. Elle a été spécialement fabriquée par un dinandier pour le prince ziride régnant. Le plus logique serait de conclure qu'elle a été fabriquée dans les ateliers kairouanais.

Bibliographie sélective:

Marçais, G. et Poinssot, L., Objets kairouanais, XI, fasc. 2, Tunis, 1952, pp. 411-433.

Túnez, Tierra de Culturas (catalogue d'exposition), Valence (Esp.), 2004, p. 218.

Ward, R., Islamic Metalwork, Milan, 1993, pp. 11 et 68.

Citation de cette page web:

Mourad Rammah "Grande lanterne d’al-Mouiz" in Discover Islamic Art , Museum With No Frontiers, 2017. http://www.museumwnf.org/thematicgallery/thg_galleries/database_item.php?itemId=objects;ISL;tn;Mus01;15;fr&id=religious_life

Fiche rédigée par: Mourad RammahMourad Rammah

Né en 1953 à Kairouan, docteur en archéologie islamique, Mourad Rammah est le conservateur de la médina de Kairouan. Lauréat du prix Agha Khan d'architecture, il publie divers articles sur l'histoire de l'archéologie médiévale islamique en Tunisie et participe à différentes expositions sur l'architecture islamique. De 1982 à 1994, il est en charge du département de muséographie du Centre des arts et des civilisations islamiques. Mourad Rammah est également directeur du Centre des manuscrits de Kairouan.

Édition: Margot Cortez

N° de travail MWNF : TN 23