Nom de l’Objet:

Fragment de statue de femme provenant de Mchatta

Localisation:

Berlin, Allemagne

Musée conservant l’objet:

Museum für Islamische Kunst

Date de l’objet:

vers 743-744 J.-C.

N° d’inventaire Musée:

I. 6172

Matériau(x) / Technique(s):

Pierre calcaire sculptée et modelée.

Dimensions:

H. 70 cm, l. 50 cm

Période / Dynastie:

Ommeyyade

Provenance:

Mchatta, Jordanie.

Description:

Ce fragment d'une plastique féminine montre la moitié inférieure du corps, voilée d'un tissu ayant glissé des hanches sous les fesses. On distingue encore le geste : la femme retient de sa main droite contre sa cuisse les plis du vêtement dont on voit aussi des traces sur la cuisse gauche. Les hanches et les fesses sont dénudées. Les cuisses sont conservées jusqu'au dessus du genou, elles sont couvertes vers l'arrière, nues vers l'avant. Ce corps de femme aux formes arrondies correspond au canon de la beauté de l'époque omeyyade, tel que les arts le reproduisent, et ce genre de figure féminine fait partie du répertoire de l'art princier. La cuisse gauche montre une inscription verticale en ductus coufique, profondément entaillée, et que l'on a lu autrefois comme étant le nom de la femme sans toutefois qu'une lecture satisfaisante ait jamais pu être faite.
Ce fragment fait partie d'un groupe de figures féminines se trouvant dans différents châteaux omeyyades. On peut admettre que le modèle était fourni par les sculptures et les peintures byzantines et sassanides. Les Omeyyades ont repris les modèles anciens tout en développant leur propre répertoire. On a découvert de grandes plastiques féminines à Mchatta, mais aussi à Khirbat al-Minya et Qsar al-Hair al-Gharbi. Le palais de Qousayr Amra est décoré de peintures presque grandeur nature.
On peut se demander si le fait est dû à la moindre influence des dogmes religieux aux débuts de l'époque omeyyade ; on constate en tout cas que la femme est fréquemment représentée, comme danseuse ou musicienne, comme habitante du harem ou comme déesse. On ne peut dire s'il s'agit ici d'une femme de harem, vu l'état de conservation de la figure. Une autre sculpture de Mchatta montre une femme portant contre sa cuisse gauche un récipient de métal embouti ou une bourse d'étoffe destinée à s'asperger de parfum ou à parfumer le seigneur. Des sculptures de ce type montrent l'importance que gardaient à l'époque les représentations pré-islamiques. Les sculptures isolées furent plus tard violemment refusées, comme le prouvent les coups portés sur cette statue.

View Short Description

Propriétaire d’origine :

Probablement al-Walid II (125-126 H / 743-744 J.-C.)

Comment date et origine ont été établies:

L'origine de la pièce étant attestée par sa découverte lors des travaux de démontage à Qsar al-Mchatta en 1903, on peut admettre qu'elle est contemporaine de la façade.

Mode d’acquisition par le musée:

Présent du sultan ottoman Abdoul Hamid II, donné avec la façade de Mchatta en 1903.

Mode d’établissement de la provenance:

Origine attestée par la découverte de l'objet lors des travaux de démontage de Qsar al-Mchatta en 1903.

Bibliographie sélective:

Baer, E., “Female Images in early Islam”, Damaszener Mitteilungen, 11, 1999, pp. 13-24, pl. 5a.
Hillenbrand, R., “La Dolce Vita in Early Islamic Syria : The Evidence of Later Umayyad Palaces”, Art History, 5/1, 1982, pp. 1-35.
Trümpelmann, L., Mschatta, Tübingen, 1962, p. 36.
Trümpelmann, L., “Die Skulpturen von Mschatta”, Archäologischer Anzeiger, 2 (1965), pp. 235-275, ill. 9-12.
Talgam, R., The Stylistic Origins of the Umayyad Sculpture, Wiesbaden, 2004, vol. I, pp. 17, 29 ; vol. II, pp. 61, 67, 94, 108.

Citation de cette page web:

Annette Hagedorn "Fragment de statue de femme provenant de Mchatta" in Discover Islamic Art , Museum With No Frontiers, 2018. http://www.museumwnf.org/thematicgallery/thg_galleries/database_item.php?itemId=objects;ISL;de;Mus01;50;fr&id=sculptures

Fiche rédigée par: Annette Hagedorn
Traduction par: Arlette Camion(de l’allemand).
Édition: Margot Cortez

N° de travail MWNF : GE 67